Sélectionner une page

samedi 24 août, à 19h

Malmundarium
Cour intérieure de l’abbaye de Malmedy

Entrée : 15€  /  Prévente : 12€
Gratuit – de 18 ans

ROMANTISME ALLEMAND AMOUR ET TRAGÉDIE

A l’orée du XIXème siècle, l’Allemagne demeure influencée par les idées du Sturm und Drang. Le sentiment de liberté reste fondamental et le nationalisme sort renforcé de la sombre période des invasions napoléoniennes.

Toutefois, les grandes théories philosophiques etcollectives laissent place à une pensée nouvelle, plus individuelle et introspective. Dans cecontexte, la sensibilité artistique se concentre sur le mystère de l’âme et le secret dessentiments. C’est la littérature qui donne le ton, et surtout les poètes, Schiller et Goethe en tête.

Les musiciens suivent le mouvement. Beethoven puis Schubert traduisent en musique ce nouveau monde littéraire épris de liberté, ce sont les premiers Romantiques. L’Allemagne romantique n’est cependant pas qu’intellectuelle. Elle puise son inspiration de la terre ellemême. Avec ses forêts profondes, ses vallées embrumées et ses ruines médiévales, elle offre le décor idéal aux envolées de l’âme qui trouveront leur expression dramatique la plus exacerbée dans les opéras de Wagner.

La musique instrumentale, pour le piano, la musique de chambre et la symphonie sont pour longtemps marquées de l’héritage monumental de Beethoven, mais Mendelssohn et surtout Schumann arrivent néanmoins à s’affranchir de la forme au profit de l’émotion. La musique vocale, de son côté, prend plusieurs directions. Le lied en est le genre majeur tout au long du siècle. Un art subtil et ciselé qui sera porté à son apogée par Schubert, Schumann et Brahms principalement. Par ailleurs, la musique religieuse fait un retour en arrière en redécouvrant la richesse de l’héritage de Jean-Sébastien Bach que Mendelssohn et Brahms ne manqueront pas de s’approprier. En opposition, le sud de l’Allemagne et l’Autriche, catholiques, restent sous influence latine. La musique y est moins cérébrale et gagne en intensité dramatique. Bruckner en est un porte-étendard incontesté. Enfin, la danse se voit de plus en plus dissociée de la pensée artistique musicale et devient désormais un produit de divertissement. Néanmoins, Liszt, Chopin et Brahms sauront l’intégrer parfaitement à leur univers artistique. Si le cadre romantique invite au rêve et à la nostalgie, les musiciens sont néanmoins confrontés à des réalités beaucoup plus terrestres et la vie n’est pas spécialement tendre avec eux. Schubert et les Mendelssohn sont enlevés très tôt par la maladie tandis que Schumann sombre peu à peu dans la folie. La vie n’est pas aisée non plus pour les femmes compositrices qui ont les pires difficultés à se faire reconnaître comme telles, à tel point qu’elles doivent parfois faire signer leurs compositions par leur frère ou mari. Finalement, dans ce cercle étroit de compositeurs et d’interprètes qui s’estimaient les uns les autres et se fréquentaient régulièrement, Johannes Brahms semble être celui qui s’en est le mieux sorti en accumulant succès et renommée tout au long de sa carrière. Pourtant, c’est peut-être lui qui incarne le mieux notre titre Amour et tragédie car il a espéré toute sa vie conquérir le cœur de sa chère Clara mais celle-ci gardera toujours le nom de son défunt époux Schumann qu’ils vénéraient tous les deux. Les deux cycles des Valses de Chants d’Amour sont autant de déclarations d’amour que de disputes entre ces deux amis/amants tourmentés. Lorsque Clara disparaît en 1896, Johannes est inconsolable. Il meurt à son tour l’année suivante.

Le Chœur de Chambre de Liège est né de la volonté d’un groupe de musiciens passionnés désirant offrir à leur public une expérience culturelle hors du commun, à travers une vision insolite de la musique classique et contemporaine, qui se veut vivante et dans l’air du temps.

Composé d’une vingtaine de choristes expérimentés, le Chœur est avant tout un lieu de rencontre des personnes unies par leur quête de qualité musicale, le plaisir de la découverte et le désir de perfectionnement permanent. Nos membres partagent les valeurs fondamentales du Chœur qui sont l’excellence, l’engagement et l’entraide !

Chanteur, chef de chœur et pédagogue, Philippe FAVETTE consacre toute son énergie au service de la musique.

Depuis l’enfance, la musique est sa passion. A dix ans il entre en classe de solfège au Conservatoire Royal, à Liège, sa ville natale. A quatorze ans il chante déjà basse dans une Maîtrise.

Ensuite il fréquente le Choeur Symphonique du Conservatoire puis les Chœurs de l’Opéra Royal de Wallonie où il décroche son premier contrat de choriste professionnel, métier bientôt partagé avec l’enseignement de la musique.

Titulaire de Diplômes Supérieurs en Chant et en Musique de Chambre, obtenus au Conservatoire Royal de Liège, il devient membre du Collegium Vocale de Gand, et chante

alors sous la direction de Philippe Herreweghe et de Ton Koopman.

Il travaille ensuite avec différents ensembles en France, aux Pays-Bas et en Belgique,

principalement au Chœur de Chambre de Namur avec lequel il collabore très régulièrement. 

Parallèlement, il dirige plusieurs chorales et se forme à la direction de choeur et d’orchestre notamment auprès de Pierre Cao et Denis Menier à l’Ecole internationale de Direction de

Chœur de Namur mais aussi lors de Masterclasses avec Frieder Bernius et Volker Hempfling.

A Liège il a dirigé le Tétracorde, les Colibris et son propre groupe : l’ensemble vocal Ad Libitum. Depuis 2006, il est directeur des Pastoureaux, Petits-Chanteurs de Waterloo.

Solistes

Zoé Pireaux, soprano
Julie Vercauteren, soprano
Aurore Bureau, mezzo-soprano
Maxime Melnik, ténor
Samuel Namotte, baryton

Direction: Philippe Favette